À cause d'un mauvais sort, une jeune femme devint fée et fut contrainte à demeurer au fond des eaux du lac d'Estaing. Seul le mariage avec un homme qui ferait sa demande après avoir mangé et en étant à jeun à la fois aurait le pouvoir de libérer la captive de sa prison d'azur.

Un jour, deux jeunes hommes de Sireix qui rentraient d'Espagne, entendirent le doux chant de la fée alors qu'ils passaient au bord du lac. Ils se penchèrent pour l'observer et la trouvèrent d'une grande beauté. La demoiselle leur expliqua alors comment rompre le sortilège qui la retenait prisonnière et qu'elle apporterait bonheur et prospérité à son futur époux, tant que celui-ci ne la traiterai pas de folle. Les deux amis promirent de la délivrer sans savoir comment réaliser le prodige.

Pourtant, quelques temps plus tard, l'un des deux jeunes gens, qui appartenait à la famille d'Abbadie, se dirigeait à nouveau vers le lac d'Estaing, comme il avait pris l'habitude de faire. En traversant un champ de blé, il en détacha un épi machinalement et en rompit un grain entre ses dents. Arrivé devant le lac, il comprit ce qu'il venait de faire et, se penchant au-dessus des eaux, il fit sa demande à la belle du lac. La fée redevint femme et entraîna le jeune d'Abbadie jusqu'à une grotte enchantée où s'amoncelaient des coffres remplis d'or. Le jeune homme prit tout ce qu'il put emporter et, peu après, épousa la fée lors d'un mariage qui fut le plus magnifique qu'on ait vu à Sireix. De leur union heureuse naquirent cinq enfants.
Mais un jour, alors que le jeune d'Abbadie était descendu à Argelès, la jeune femme, prévenue par sa nature féerique, sentit qu'un orage terrible et menaçant s'approchait. Elle donna ordre aux valets de faucher et rentrer immédiatement les récoltes qui achevaient de mûrir. Son époux, sur le chemin du retour, trouva ainsi ses champs rasés au milieu des moissons encore sur pied de ses voisins. Ne comprenant pas la décision de sa femme, il la traita de folle. La fée disparut aussitôt et l'orage se mit à gronder et à déferler, emportant et détruisant les récoltes des voisins.

Mais la jeune femme ne pouvait oublier ses enfants et vint ensuite chaque matin les voir en secret. Le jeune d'Abbadie la surprit un jour et la supplia de lui pardonner. La fée refusa et dit qu'elle ne reviendrait jamais plus. Elle ajouta cependant qu'elle n'abandonnerait jamais ses enfants et que leurs descendants deviendront illustres.

La promesse de la fée fut tenue lorsque Jean Bernadotte, dont la mère descendait de la famille d'Abbadie de Sireix, devint roi de Suède puis de Norvège. Et c'est sous le nom de Charles XIV Jean qu'il fonda une grande et longue dynastie."