La vitrine en l'église de Gavarnie ,  qui contenait 12 crânes présentés comme ceux de Templiers est toujours à sa place. Mais d'après l'histoire,  ces Templiers auraient été jugés et exécutés loin de notre contrée par Philippe le Bel, aux alentours  de 1307. 

Gustave Bascle de Lagrèze émet l’hypothèse suivante : d’après l’article 16 de l’acte d’accusation portée contre les Templiers il était fait référence à des « têtes ». Cette référence a été reprise par Michelet dans son Histoire. Il évoque que dans certain chapitre on plaçait les nouveaux venus  devant un crâne. Genre de bizutage. On leur indiquait : « Istud caput vester Deus et vester Mahomet  ). Lors du  procès de 1307, une tête fut présentée,  celle du chapitre de Paris. D’après Bascle, ces têtes pourraient donc être ces « idoles » qui auraient échappé aux sbires de Philippe le Bel ?
Dans les années 1820, l’historien, Augustin Thierry aurait rapporté cette légende : «  On montre respectueusement à Gavarnie six ou sept têtes, qu’on prétend être celles de Templiers martyrisés et l’on raconte que chaque année, la nuit de l’abolition de l’Ordre, une figure armée de toutes pièces et portant le manteau blanc à croix rouge, apparait dans le cimetière et crie par trois fois : qui défendra le saint Temple ?, Qui affranchira le sépulcre du Seigneur ? Alors les sept têtes se réveillent et par trois fois répondent : Personne ! Personne ! Personne ! Le temple est détruit ! »
Problème :  il n'y a jamais eu de Templiers à Gavarnie, mais seulement des Hospitaliers de Saint-Jean, mais la légende est restée et le mystère demeure.