L'ENQUÊTE PAROISSIALE DE 1783

QUESTIONNAIRE RELATIF A L’ETAT DES PAROISSES DU DIOCESE DE TARBES

Adressé par l’autorité épiscopale à chaque curé en 1783, et comportant 45 questions imprimées ainsi que les réponses manuscrites correspondantes. Les principales rubriques renseignent sur le curé, le seigneur, les communiants et les paroissiens, le maître d’école, les sages-femmes, les hôpitaux et les chapelles. Je rappelle que Lamarque et Pontacq étaient dans la même Intendance Royale avant la Révolution qui avec la création des départements mis Lamarque dans les Hautes Pyrénées et Pontaq dans les Basses Pyrénées comme on disait auparavant .

Ceci étant dit , sur l'enquête paroissiale ,  Mr Dumont curé de Lamarque répondait "les défauts dominants des habitants de Lamarque , sont les immodesties dans l'église et leur sortie de l'église pendant les instructions . Il y a de plus , la fréquentation des cabarets pendant la nuit." Lamarque avait de nombreux cafés .[ Jean François Soulet "la vie quotidienne sous l'ancien régime du XV° au XVIII° siècle" page 281]

 

Sur un de ces carnets intitulé "seigneurie de Bouscat", l'abbé Quidarré a relevé dans un texte que les "escandales sont fréquents pendant les offices divins". 

 

En 1712, les jurats de Pontacq (l'équivalent des conseillers municipaux), décrivaient Lamarque comme un lieu de perdition , se plaignant "de voir tous les jours , la plupart des habitants (de Pontacq ) et particulièrement la jeunesse , se dérober aux yeux de leurs parents , pour aller aux cabarets de Lamarque, boire et commettre toutes sortes d'excès et de débauches".

 

qu'apprends-t-on sur le village ?

le Curé de Lamarque s'appelle Philippe Dumont Théas agé de 51 ans .Il est prêtre dans la commune de Lamarque depuis 1764 soit au moment de l'enquête , depuis 19 ans. Il était payé par l'abbé lay dont Lamarque dépendait. Il dit la messe et les vêpres le dimanche ( à 10 h en hiver et a 9h l'été ), les vêpres ont lieu à 15h et le catéchisme après l'évangile "pour le plus grand bien". En cas d'orage on se rend à l'église pour prier Dieu.

 

le maître d'école   il y a un maître d'école payé par la communauté dix écus par an et un petit casuel de 40 sols payé par les parents pour chaque enfant . Il n'apprend qu'à des garçons et la classe a lieu dans la maison commune (où se réunissent les jurats de Lamarque) . L'effectif est de 30 garçons .

LOUIS XVI Liard dit “à l'écu” 1780 Paris

Le sol : Frappé de 1777 à 1791, cuivre pur, gravé par Duvivier. Poids 12,23g, 30mm de diamètre. Son cours légal 12 deniers
Le 1/2 sol : Frappé de 1777 à 1791, cuivre pur, gravé par Duvivier. Poids 6,11g, 25mm de diamètre. Son cours légal 6 deniers tournois

la sage-femme il n'y en a point dans le village , mais il y en a dans la communauté de Pontacq "suffisamment instruite pour cet art dont se sert".

 

le marguillier le marguillier était celui qui tenait les registres de la paroisse et les comptes . Son élection avait lieu au premier de l'an . A l'issue de son mandat, à la fin de l'année, il rendait les comptes devant son successeur , devant le curé et les jurats du village. Pour fermer le compte, tout le monde signait les registres.

quelques marguilliers relevés par l'abbé Quidarré

1731    Domenge d'Abbadie dit Quidarré                                 1732   Dominique Trueil dit Passet

1733   Laurent Jujeü                                                                       1734   Raymond Labarrère 

1735   Jacob Cazajous dit Pédère                                                1736    Jean Gaspalon

1737    Raymond Cazaux dit Cazenave                                      1738    Dominique  Trueü dit Passet

1739    Etienne Hitte                                                                        1740    Pierre Carassus 

1742     Laurent Jujeü                                                                      1743     Jean Cléquou

1744     Dominique Peyré                                                               1752     Bernard Lurdos

1753      Jacques Quidarré                                                               1754     Jean Carassus

1755      Raymond Cazaux                                                               1756     Jean Montsempés

1757      Jean Buzy                                                                             1758     Dominique Bragade

1759      Jean Laborde                                                                       1760    Jean Hourcastagné

1761       Jean Peyré                                                                            1762    Raymond Cazaux

1763       Bernard Trueü                                                                    1764    Pierre Rébé

1765      Jacques Capdevielle                                                          1767    Jean Carassus

1768     Jean Hourcastagné dit Pitarre                                         1769    Dominique Leugé dit Gaspalon

1770    Jean Haure dit Nargassie                                                   1771    Jacques Quidarré dit Couget

1772     Jacques Pédefer                                                                   1773    Pierre Lurdos dit Peyrous

1774     Pierre Quidarré                                                                     1775    Dominique Tossat

1776    Jacques Bourié dit Rébé                                                     1777    Jean Labarrère dit Pitarre

1778    Jean Ambielle                                                                         1779    Dominique Bragade

1780    Jean Nabarette                                                                       1781    Jean Cazenave dit Trueü

1782    Jean Lurdos                                                                              1783    Laurent Gaspalon

1784    Jean Peyré dit Mourrau                                                        1785     Antoine Castaing

1786    Pierre Lurdos dit Capdemarque                                        1787     Bernard Claverie

1788    Jacques Cazaux                                                                       1789     Dominique Tossat

1790    Jean Hourcastagné dit Pitarre                                            1791      Arnaud Loste dit Gaspalon

 

peut être cela vous semble-t-il fastidieux? mais cela nous permet de voir certains noms qui ont perduré de même que des noms de maison

 

On apprend aussi qu'il y a un coffre à 2 clés pour protéger les aumônes  et qu'il se trouve dans la sacristie.

exemple de nomination d'un marguillier
exemple de nomination d'un marguillier

les confréries    Les confréries étaient des associations créées en premier lieu pour une fonction religieuse et de piété , ( Rosaire, Saint Sacrement, Sacré Coeur....) elles avaient pour but de faire changer le comportement des gens. Mais elles ont aussi un but social de soutien et un but économique . Or dans le village, elle n'avait aucun revenu.  Les gens s'y rassemblaient pour être pénitents, s'entraider dans les moments difficiles et bénéficier de lieu de culte . Il y  avait deux confréries:

 

la confrérie du Saint Sacrement , ses membres se devaient de réciter les jeudis de chaque semaine 5 paters et 5 avé maria avec le requiem aeternam , se confesser et communier pour les 5 grandes fêtes de l'année ( l'Annonciation, la Nativité, la Conception et le 1° dimanche d'octobre  et lors de la fête Dieu .)

 

La confrérie du Rosaire, devait réciter trois chapelets par semaine pour méditer sur les quinze mystères du Rosaire. Elle devait se confesser et communier régulièrement  et comme pour la 1° , elle devait avoir la bénédiction pour les 5 grandes fêtes de l'année 

la confrérie des pénitents blancs du Rosaire
la confrérie des pénitents blancs du Rosaire

les lieux de pèlerinage " c'est un usage depuis un  temps immémorial d'aller processionnellement , le jour de Pâques après midi dans un lieu un peu éloigné nommé Piétat . Toute la Paroisse ou la plus grande partie s'y rend, sans messe , sans honoraire" . Un peu plus loin il précise qu'il procède à une bénédiction .

Lorsqu'un scandale survenait lors d'un office là-bas , ce qui était fréquent à Lamarque, le ou les coupables se voyaient condamner à entretenir à perpétuité une lampe dans la chapelle de Piétat; ceci représentait un investissement assez lourd pour une famille à l'époque 

et le presbytère ?   Il en existe bien un mais en mauvais état avec 2 chambres délabrées en haut , une cuisine et un chai en bas avec un jardin de 50 toises ( 1 toise = 1,949 m) 

la communauté de Lamarque

ses activités le plus grand nombre fabrique des étoffes les plus communes en laine, les autres sont agriculteurs .

 

l'abbé-lay   Fondé par Charlemagne , cette charge visait la défense des droits du prêtre. 

plus tard , les abbés lay usurpèrent ces droits s'attribuant les terres et l'autorité et ne laissant au prêtre que l'autel , les offrandes et une faible partie de la dîme(Impôt sur les récoltes (de fraction variable, parfois le dixième) prélevé par le clergé ou la noblesse).

L'abbé-lay était un laïque et en tant que tel ne pouvait célébrer d'offices. C'est lui qui nommait à la Cure. Parfois , pour remplacer un curé malade ou trop âgé, on faisait appel à des "vicaires de secours" ; ceux-ci signaient tous leurs actes par la formule "prêtre délégué pour servir la paroisse" et assuraient le remplacement jusqu' à la nomination d'un nouveau prêtre . La maison abbatiale était souvent proche de l'église ; considérée comme noble , elle n’était pas soumise à la taille (Cet impôt peut peser sur les individus (taille personnelle) ou sur la terre (taille réelle) suivant les régions.)

à Lamarque, il s'appelait Monet de Saint Martin, seigneur du village de St Martin (entre Hibarette et Viskers) et officier de dragons dans le régiment de Monsieur (le frère du Roi de France) .

selon un texte de 1612, la charge de l'abbé-lay et le patronage de la commune de Lamarque lui aurait été porté en mariage comme dot par Jeanne de Lamarque.

 

ses droits : la cure rapportait 550 livres. Il possédait en plus la plus grosse part de la dîme, et le droit de présentation à la Cure. Il touchait en plus les revenus de l'église. Il avait la possession du terroir noble de Bouscat  ( depuis 1764) et bénéficiait à l'église d'un banc honorifique dans la partie appelé sancta sanctorum.

 

ses devoirs :       Il était tenu aux frais d'entretien de l'édifice et au paiement du salaire du prêtre .

organisation adminsitrative