Une tannerie est un atelier où le tannage est effectué. Les peaux d'animaux (bœuf, mouton, chèvre, cochon) y sont traitées pour la production de cuirDans une tannerie, les peaux sont d'abord nettoyées. Sur leur face extérieure les poils et les crasses sont enlevés, tandis que sur la face intérieure la peau intérieure est enlevée.

les tanneries sont implantées près des rivières car on utilise beaucoup d'eau. Un règlement strict oblige, et on le comprend, les tanneries à être équipées d'une station d'épuration et de décantation vue les produits qui sont utilisés .

 

1) le travail de rivière 

Les peaux sont alors trempées dans des bassins contenant le tan, pendant une certaine période. Le produit utilisé peut avoir une origine naturelle (tanin issu de chêne dont on broyait les écorces dans un moulin à tan, ou d'autres essences forestières), ou bien être un produit chimique de synthèse. Cette opération s'appelle le tannage, et l'artisan qui l'effectue est le tanneur.   Enfin, les peaux sont retirées, lavées puis séchées. on utilise des tonneaux en chêne . Le cuir est alors dit "bleu" sa couleur avant séchage .

 

Déchaulage

Les peaux sont mises ensuite dans un bain pour neutraliser la chaux, la peau ressort toute blanche. (pH proche de 7)

Tannage

Les peaux passent ensuite dans la "Basserie"

Elles y passent de 3 à 5 jours par bassin. Les peaux sont placées sur des cadres qui passent de bassin en bassin. L’eau des bassins contient des tannins mélange de poudre de châtaignier et de sève de Quebracho, venant d’Argentine broyée et mise en poudre. Le pH va évoluer d’un pH = 7 pour le premier bassin à pH = 3 pour le dernier. Les peaux passent de bassin en bassin, à chaque changement le bassin est vidé à moitié, et on récupère la vidange du bassin d’après pour compléter le niveau avant de remettre d’autres cadres. Le dernier bassin étant complété avec de l’eau.

Cette opération peut durer entre deux mois (peau très épaisse) et 1 mois et demi (peau pour "première de montage"). Le " jus de tanin " est de plus en plus concentré.

Ensuite, les croupons sont coupés par moitié (peau très dure) puis refoulés (foulon + tannins) avant de passer à l’"essoreuse".En général le procédé consiste à introduire la peau à travers une paire de cylindres rotatifs mis côte à côte ; l’un d’eux est équipé de lames tranchantes montées en spirale.

 

Le travail de rivière : épilage et pelannage.

les peaux sont ensuite mises au séchoir , elles sont suspendues à des crochets ; dans ce séchoir , on impulse un air chaud pour permettre le séchage complet, les peaux prennent une couleur sable, sont dures et raides .

Ensuite, on décroche les peaux , on dit "abattre les peaux" sur des tables .

Les peaux subissent deux déridages entrecoupés d’un séchage de 24h à 60°C. La machine à dérider sert à les rendre souple, et facile à travailler .

Le martelage  renforçait la fermeté du cuir par compression des fibres.Sous le marteau, un madrier en bois permet d’assurer de la souplesse afin que le cuir ne soit pas marqué.

ensuite les cuirs étaient "étendus" c'est à dire mis sur table pour un séchage puis passait à la dérayeuse pour travailler une dernière fois la peau . Ceci donnait beaucoup de poussière et de dépôt de copeaux de cuir. Par la suite ces copeaux étaient aspirés dans des réservoirs .

ensuite ces cuirs passaient à la glaceuse , elle était chargé de compacter les fibres du cuir avant qu'on le teigne selon la demande du client . Malheureusement je n'ai pas trouvé la machine que je cherchais, celle que j'ai connue dans l'usine de mon père , j'ai essayé d'en faire un croquis ; je pense qu'elle réalisait le même travail que dans la vidéo ci-dessous 

la finition

après d'autres dérayage et ponçage pour obtenir l'épaisseur souhaitée, la peau est prête à passer par la machine à pigmenter. 

La machine à pigmenter était la plus grosse machine et la plus longue. le cuir, disposait sur des fils  passait sur un tapis, passait sous des pistolets automatisés qui teignaient le cuir puis sous des souffleries pour séchage. au bout de la chaine, un ouvrier étendait les flancs teints pour qu'ils aillent au "magasin" pour expédition. 

Enfin "le magasin" vérifiait la qualité du produit fini, mettait les cuirs en paquets pour envoi. 

autre approche

la tannerie Lacaze

rachetée par la mairie en partie pour en faire les ateliers municipaux
rachetée par la mairie en partie pour en faire les ateliers municipaux
une image qui donne peu d'idée sur les dimensions de la tannerie qui compta jusqu'à 35 ouvriers
une image qui donne peu d'idée sur les dimensions de la tannerie qui compta jusqu'à 35 ouvriers