Nos aïeux ont tenu à mémoriser les 3 événements historiques majeurs : la guerre de 1870, la fin de la guerre 14/ 18, la fin de la guerre 39/45 en plantant des chênes pour que le souvenir perdure à travers les âges, le chêne étant, à l'époque reconnu comme l'arbre le plus solide de l'écosystème.

le premier chêne se trouve à l'entrée du bois de Mourle après la chapelle de piétat et marque le souvenir de cette guerre perdue de 1870 contre l'Allemagne. Sans doute un soutien à la 3°nouvelle république qui se met si difficilement en place 

Ensuite, au jardin public, au Bédat, trône le chêne planté en 1945 en souvenir de la fin de la guerre 39/45. Il protège les enfants qui viennent là , s'amuser. 

Et puis, sur la place de la poste, en 1920, là où avant il y avait un café, fut planté seulement en 1920, le chêne pour mémoriser la fin de 14/18, de la grande guerre. Pourquoi en 1920? parce que c'est à cette date que le gouvernement français décida que l'on commémorerait la fin de cette terrible guerre, en le marquant par un jour férié, le jour du souvenir, le 11 novembre. Nos anciens décidèrent de planter un chêne commémoratif.

En 2018, lors de travaux pour l'aménagement du cheminement, on s'aperçut que les différents travaux de goudronnage avaient permis à un champignon de se développer et d'affaiblir le bois de la base du chêne. Dés lors l'abattage de cet arbre devenait obligatoire vu les risques qu'il représentait. Ceci provoqua une vive émotion dans le village malgré tout tant cet arbre avait accompagné notre vie quootidienne

les articles de Mr Louis Ichouribéhère, correspondant local